HISTOIRE DE L'EGLISE

 

L'église Saint Pierre de Chennevières a été construite sur les terres appartenant à l'abbaye Ste Geneviève de Paris et à Maurice de Sully, évêque et fondateur de la cathédrale de Paris.

En 1108, ces terres furent données à l'abbaye de Mont-Etif située à Hiverneaux, près de Lésigny. C'est là qu'entre 1164 et 1193 moines et serfs les défrichèrent et commencèrent l'édification d'un sanctuaire de style « Ile de France » et « Champenois » : le vaisseau central est terminé par une abside à pans coupés flanqués de collatéraux et de deux chapelles polygonales dont l'orientation au lieu d'être dans l'axe de la nef est diagonale afin d'offrir plus de développement à l'intérieur cette disposition est particulière aux églises de l'école gothique champenoise, alors qu'en élévation, l'église Saint Pierre reste en pur style « Ile de France ».

 

La paroisse est fondée en l'an 1260 à l'époque où les serfs de Chennevières sont affranchis par le Père Abbé de Saint Maur selon un acte confirmé par Blanche de Castille, en l'absence de Saint Louis, parti aux Croisades.

En 1750, la voûte gothique s'écroule entraînant dans sa chute les galeries hautes ou triforium dont il ne reste aujourd'hui que peu de vestiges. Après l'incendie du clocher en 1790, la reconstruction de l'église est entreprise et la voûte gothique est remplacée par une voûte en plein cintre. En hauteur l'église mesure sept mètres de plus qu'aujourd'hui et le pourtour du choeur possède des vitraux en lancelles géminées avec double construction ayant la même forme que les vitraux, c'est-à-dire une colonne centrale séparant deux ogives travaillées, situées à un mètre de la maçonnerie et permettant de passer ainsi entre le mur et la dentelle de pierre.

Le mur septentrional de l'église est supporté par cinq contreforts dont trois simples à larmiers et deux autres comportant des arcs boutant maçonnés sur lesquels repose le mur du chœur. Ces cinq contreforts correspondaient autrefois à cinq chapelles indépendantes possédant chacune leur petit toit pointu. Quant au mur méridional, il ne comporte que trois contreforts et le mur d'une chapelle plus moderne où était jadis installé les fonts baptismaux.

 

Le chevet de l'église Saint Pierre est classé par les Monuments Historiques depuis le 25 aout 1920. Dans le chœur deux vitraux du Xème siècle représentent les Apôtres Pierre et Paul. Au dessus les trois grandes fenêtres reprennent en douze médaillons la vie de Saint Pierre : au centre détail de la vie de l'apôtre, qui se jugeant indigne d'être crucifié comme Jésus-Christ demanda de mourir la tête en bas. Ces vitraux sont des reproductions fidèles à l'époque de l'église telles qu'on peut en admirer aujourd'hui à la cathédrale de Chartres. Le verre utilisé pour les vitraux du chœur contient de la poudre d'aluminium évitant ainsi l'éblouissement lorsque le soleil donne sur les fenêtres.

Le maître autel a été inauguré le 10 juin 1984 et sculpté dans un chêne centenaire par un artisan de lozère. Il symbolise le destin de Simon Pierre, dans l'épisode de la pêche miraculeuse. A l'occasion de sa consécration solennelle, une pierre de la porte Sainte de la basilique patriarcale de Saint Pierre au Vatican y a été déposée. La Sainte Table contient les reliques de St Pie X, St François-Xavier, Dominique SAVIO et Maria GORETTI.

 

Les clefs de voûte du chœur sont ornées des chefs de Saint Louis, Marguerite de Provence et Blanche de Castille rappelant ainsi l'affranchissement des serfs de Chennevières par Saint Louis en 1250.

Devant le maître autel sont disposés des stalles qui avant 1940 comportaient une boiserie sculptée servant de dossier, de part et d'autre, les sculptures des deux premières stalles représentent les quatre évangélistes face à l'autel a gauche St Marc et St Luc et à droite St Jean et St Mathieu.

 

L'autel de la Sainte Vierge a été refait en 1977 à la suite d'un accident ayant abîmé chapelle et vitraux. Il est décoré des blasons de Chennevières et de Durmersheim, ville jumelée d'Allemagne, en remerciement de l'aide financière par nos amis outre Rhin, dans les travaux de restauration. La porte du tabernacle est en bronze, l'intérieur est doré et le socle est en marbre. Le gemmail a été rapporté de Lourdes par les jeunes de la chorale.

Les quatre fenêtres de cette chapelle sont de dimensions différentes. Le vitrail central date de 1868 et représente Notre Dame des Victoires. Offert à la Ste Vierge en 1868 c'est un don de M CHAPONET, Maire de Chennevières de 1909 à 1914. De part et d'autre sont repris les scènes de la vie Marie : la nativité et la présentation – l'annonciation et la visitation – l'assomption et le couronnement de la Vierge.

 

L'autel du Sacré Cœur, comporte un panneau central rappelant la mission de Pierre, auquel Jésus déclara « je te donnerai les clefs du royaume des cieux ». La chapelle est éclairée par trois grands fenêtres ogivales. Celles du fond a été posée à l'occasion des noces d'or sacerdotales de M l'abbé VAUTRIN curé de la paroisse de 1868 à 1896. Sur la droite un fragment de vitrail provenant sans doute d'un triptyque représente la « résurrection » c'est une œuvre classée datant du XVIème. Trois scènes eucharistiques sont représentés sur un vitrail plus moderne traité en teinte grisée (comme les fenêtres du chœur) selon la restauration de l'église de St Leu d'Esserent (Oise) ce sont l'Eucharistie, la Pentecôte et l'Ascension et décorés par M ARCHEPEL peintre verrier à Arcueil.

Les chapiteaux datent du XIIIème. Le plus célèbre parce que le mieux réussi est décoré de feuilles de vigne symbole de l'Eucharistie et du Sang du Christ. Sur chacun d'eux, les tailleurs de pierre de l'époque ont délaissé les figures du Roman riches en scènes de la Bible et de l'Evangile pour se rapprocher de la nature en louant son créateur (feuilles d'arum de fougères, de trèfles et d'acanthe).

A la tribune était autrefois un orgue datant de 1865 offert par la famille CAZENAVE. Celui qui y est actuellement a été inaugurée le 25 septembre 1993 à la suite d'un projet conçu par l'Abbé Xavier VINAY, Curé de la paroisse de 1966 à 1993.

De part et d'autre du porche, les deux pierres tombales sont du XVème et du XVIème pour des prévots de la justice seigneuriale, sans doute bienfaiteurs de l'église. Les personnages sont en costumes du temps et les inscriptions sont restées très lisibles. Une troisième datée du 27 juillet 1552 a été placée sous le porche c'est celle du Sieur Pierre de LION, parent de Louis de LION, Seigneur de la Maillarde, Avocat au Parlement, Curé Prieur de Chennevières.

La facade date du XIXème. En 1985 son porche a été restauré et un nouveau portail est venu remplacer l'ancien datant de 1835. En même temps un tympan a été et représente le Christ confiant les clefs à son Apôtre Pierre patron de la paroisse (copie de l'autel du Sacré Cœur). La rosace primitivement décorée d'une peinture représentant Saint Louis libérateur des serfs de Chennevières et qui au fil du temps avait été remplacé par des verres blancs, est ornée aujourd'hui par un vitrail réalisé en 1983 dans les ateliers de l'Amicale des Jeunesses Chrétiennes de Chennevières et reprenant les clefs de Saint Pierre.

 

Dans le clocher du XIXème sont trois cloches : Marie-Catherine datant de 1755 et donnant le sol dièse, elle a été donnée par Marie-François de Paule d'Ormesson Seigneur d'Amboile et descendue le second mois de l'an II (octobre 1793) pour être fondue à Corbeil, selon l'ordre reçu par les Canavérois. Heureusement elle revint saine et sauve après la Révolution. Les deux autres sont : Christine-Cécile pesant 1.130kg et Marie-Brigitte pesant 870kg toutes les deux baptisées le 22 octobre 1972 par Mgr de PROVENCHERES, alors Evêque de Créteil et donnant respectivement le ré dièse et la fa dièse.

Les statues figurant sur les bas-cotés représentent : St Pierre et St Antoine de Padoue, toutes deux en monolytiques en marbre de Carrare ; St Roch et son chien, St Vincent patron des vignerons, St Joseph, Ste Thérèse de l'enfant Jésus et Notre Dame de Lourdes.

 

Bientôt l'association SOS EGLISE ST PIERRE proposera une étude complète de notre église en vous proposant des extraits d'un master 1 et 2 de Mlle A FERTE en histoire de l'art médiéval

© 2014 - 2015  Paroisse Saint Pierre de Chennevieres sur marne. Crée avec Wix.com - Contacter le webmaster